Flux RSS: Articles

Le Printemps des historiens à Seix

Le Printemps des historiens à Seix

Durant le printemps 2011, le Service Patrimoine de la Communauté de Communes du Canton d’Oust vous propose un cycle de conférences consacré aux jeunes historiens et à l’actualité de la recherche en histoire.
Les conférences ont lieu le vendredi soir à 21 heures à la Maison du Haut-Salat à Seix. Entrée libre.

Benjamin Weber fut le premier à se lancer cette année le vendredi 22 avril avec le thème  » Des chrétiens et de l’or »
La découverte de l’Afrique au Moyen Age

Loin d’être un continent isolé, l’Afrique médiévale entretient des relations nombreuses avec le reste du monde. Moins connue que les ouvertures vers l’Asie ou, à plus forte raison, la conquête de l’Amérique, la découverte de ce continent par l’Occident dévoile l’intensité et la variété des connexions internationales et le poids des représentations anciennes dans la découverte de l’autre.

Les prochains seront Stéphane Leroy et Diego Segalas le vendredi 6 mai autour du thème « Histoire des combattants, histoire(s) d’hommes. »
Les exemples des miliciens nationalistes de Castille pendant la Guerre d’Espagne et des engagés des régiments de marche des volontaires étrangers en France en 1939-1940

L’écriture de l’histoire des guerres a fait la part belle à celle des batailles, négligeant souvent l’importance du facteur humain. Ce dernier occupe pourtant une place primordiale, complémentaire de l’histoire militaire, car il braque les projecteurs sur les protagonistes des conflits, sur ces acteurs anonymes qui ont contribué à écrire l’Histoire. Ils étaient certes soldats, mais ils étaient avant tout des hommes, et parmi eux beaucoup n’étaient pas destinés à porter les armes.
Cette intervention proposera un axe didactique fondé sur deux exemples concrets tirés d’analyses de fonds d’archives : les miliciens nationalistes de Castille pendant la Guerre d’Espagne et les engagés des RMVE en France (1939-1940). Qui étaient ces hommes ? Comment l’historien s’y prend-t-il pour retracer leur(s) histoire(s) ? L’auditeur se glissera pour un temps dans la peau du chercheur. Sous la forme d’exercices pratiques simples, il pourra suivre le cheminement du travail de l’historien, de la collecte du document jusqu’à la production et l’exploitation d’un résultat

Nadia Cavanhié et Delphine Kuntz le vendredi 20 mai avec le thème « Des rennes et des ours durant la Préhistoire : regards croisés sur les sphères alimentaire, technique et symbolique »

Nadia Cavanhié et Delphine Kuntz se proposent d’explorer le statut accordé par les groupes de chasseurs-cueilleurs du Paléolithique européen à deux espèces animales sauvages, fréquemment présentes sur les gisements archéologiques : le Renne, souvent considéré comme l’espèce emblématique de cette période, et l’Ours, plus rare, mais investi d’une forte charge symbolique. Elles confronteront les sources historiographiques (images véhiculées par le monde scientifique et par l’imaginaire collectif) aux données archéologiques (sphères alimentaire, technique et symbolique).

François Godicheau clôturera ce cycle de conférence le vendredi 27 mai avec le thème  » Le pain des Français  »
Xénophobie et crises politiques en perspective

La xénophobie à l’encontre des populations immigrées ou issues des immigrations a une histoire, particulièrement en France, terre d’accueil de main d’oeuvre étrangère depuis le XIXe siècle, une histoire qui la relie aux années sombres de l’entre-deux guerres, où l’expression « étrangers indésirables » était dans la bouche des principaux dirigeants politiques du pays. Pour mettre en perspective la xénophobie d’aujourd’hui, qu’elle soit populaire ou portée par des responsables politiques, on peut revenir à cet avant-guerre et même sans doute plus loin, et réfléchir au rapport entre xénophobie, crise politique et contestation sociale.

Articles connexes

  • Pas d\'articles relatifs au sujet

écrit le: 30 avr 2011 | auteur: Kercabanac.com

Laisser un commentaire